Notre sélection de livres

Lire C’est Vivre propose chaque année une thématique transversale. Cette thématique, proposée grâce au soutien du Centre National du Livre, est un fil conducteur pour les collections et la programmation culturelle.

Lire C’est Vivre travaille avec des librairies indépendantes telles que Les Vraies Richesses, la Librairie Compagnie et Chantelivre. Voici nos sélections de livres acquis dans le cadre de nos dernières thématiques.

2020-2021 :

Cultures africaines

Le tremblement, de Chimamanda Ngozi Adichie

“Foi qui se questionne, désir déçu, homosexualité qui ne peut se dire, âpretés de l’exil… Dans ces deux nouvelles, l’auteure d’Americanah tisse magistralement les trajectoires de personnages pour lesquels «la terre des origines» est lointaine et que secouent d’intimes déchirements.”
«Le jour où un avion s’écrasa au Nigeria, le même jour où la première dame nigériane mourut, on frappa fort à la porte d’Ukamaka à Princeton. Les coups la surprirent car personne ne se présentait jamais à sa porte sans prévenir – on était en Amérique, après tout…»

Notre quelque part, de Nii Ayikwei Parkes

“C’est Yao Poku, vieux chasseur à l’ironie décapante et grand amateur de vin de palme, qui nous parle. Un jour récent, une jeune femme rien moins que discrète, de passage au village, aperçoit un magnifique oiseau à tête bleue et le poursuit jusque dans la case d’un certain Kofi Atta. Ce qu’elle y découvre entraîne l’arrivée tonitruante de la police criminelle d’Accra, et bientôt celle de Kayo Odamtten, jeune médecin légiste tout juste rentré d’Angleterre. Renouant avec ses racines, ce quelque part longtemps refoulé, Kayo se met peu à peu à l’écoute de Yao Poku et de ses légendes étrangement éclairantes…”

Bled, de Tierno Monémembo

“Algérie, années 80. Une jeune femme court éperdument à travers la rocaille, son bébé dans les bras. Seule, sans protection, ses chances de survie sont minces, quand la population mâle à l’unisson se déchaîne contre « la pécheresse ». Il n’y a pas longtemps, elle vivait paisiblement avec Papa Hassan et Maman Asma. Tout cela est si loin. Chassée du village et de la tribu, Zoubida aura beau déployer une énergie surhumaine pour défendre sa vie et celle de son enfant, elle finira par tomber entre les griffes du terrible Mounir, en un lieu hors du temps qui paraît être tout à la fois prison, harem et lupanar. La violence, ici, est plus archaïque que politique, car elle jaillit des entrailles de la société. Et n’en est que plus inquiétante.”

Contes des sages d’Afrique, d’Amadou Hampâté Bâ

“La qualité d’une vie humaine dépend du rapport au monde, pour peu qu’il permette une résonance. Celle-ci accroît notre puissance d’agir et, en retour, notre aptitude à nous laisser « prendre », toucher et transformer par le monde. […] Tout en analysant les tendances à la crise – écologique, démocratique, psychologique – des sociétés contemporaines, cette théorie de la résonance renouvelle de manière magistrale le cadre d’une théorie critique de la société.”

Rouge impératrice, de Leonora Miano

“Le lieu : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge.
L’époque : un peu plus d’un siècle après le nôtre.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’Etat.
Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’Etat.
Car Boya s’est rapprochée, par ses recherches, des Fulasi, descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du XXIème siècle, s’estimant envahis par les migrants.”

Frontières

Catalogue de l’exposition “Frontières” du Musée national de l’histoire de l’immigration

“Cet ouvrage, coordonné par les deux commissaires de l’exposition, Yvan Gastaut et Catherine Wihtol de Wenden, interroge l’histoire des frontières comme limites géographiques entre Etats depuis le 19e siècle.
Une vingtaine de spécialistes analysent leur matérialisation dans l’espace et leur institutionnalisation. Quelles conséquences sur les rapports que les pays entretiennent entre eux et sur les flux migratoires ? Quel impact sur les villes, les populations, les activités humaines localisées sur les frontières ?
Un focus particulier sur l’espace méditerranéen fait écho à l’actualité.”

Humains – La Roya est un fleuve, de Baudouin & Troubs

“La Roya est un fleuve qui prend sa source en France, au col de Tende, et se jette dans la Méditerranée à Vintimille, en Italie. Durant l’été 2017, Baudoin et Troubs ont parcouru cette vallée, à la rencontre des membres du collectif « Roya Citoyenne », des gens qui, comme Cédric Herrou, viennent en aide aux migrants qui tentent de passer la frontière. Préfacé par J. M. G Le Clézio, Humains interroge notre vivre ensemble et notre projet européen, confronté aux migrations politiques aujourd’hui et climatiques demain, et nous rappelle que ce que les états qualifient de flux, représente en fait de précieuses vies humaines.”

Enfances de classe – De l’inégalité parmi les enfants, sous la direction de Bernard Lahire

“Rendre raison des inégalités présentes dans l’enfance permet dès lors de retracer l’enfance des inégalités, autrement dit leur genèse et leur influence sur le destin social des individus. En donnant à voir ce qui est accessible aux uns et inaccessible aux autres, évident pour certains et impensable pour d’autres dans des domaines aussi différents que ceux du logement, de l’école, du langage, des loisirs, du sport, de l’alimentation ou de la santé, cet ouvrage met sous les yeux du lecteur l’écart entre des vies augmentées et des vies diminuées. Il éclaire les mécanismes profonds de la reproduction des inégalités dans la société française.”

Trouble dans le genre  – Le féminisme et la subversion de l’identité, de Judith Butler

“Dans cet ouvrage majeur publié en 1990 aux États-Unis, la philosophe Judith Butler invite à penser le trouble qui perturbe le genre pour définir une politique féministe sans le fondement d’une identité stable. Ce livre désormais classique est au principe de la théorie et de la politique queer : non pas solidifier la communauté d’une contre-culture, mais bousculer l’hétérosexualité obligatoire en la dénaturalisant. Il ne s’agit pas d’inversion, mais de subversion. Judith Butler localise les failles qui témoignent, à la marge, du dérèglement plus général de ce régime de pouvoir.”

Plan B pour la planète : Le New Deal vert, de Naomi Klein

“Dans ce volume, qui réunit pour la première fois une décennie de textes passionnés (2010-2019) – grandes enquêtes, écrites sur la ligne de front des catastrophes écologiques, et discours inédits –, Naomi Klein apparaît sous un jour prophétique. Elle nous engage à nous attaquer à la racine des problèmes en luttant de conserve contre le dérèglement climatique et les inégalités sociales et raciales, inextricablement liés. Au moment où les océans montent aussi dangereusement que les flots de haine, ces textes brossent un portrait saisissant de l’état du monde, ainsi que des personnes et des mouvements qui se dressent pour faire du désastre en puissance l’occasion rêvée de transformer notre civilisation.”

2019-2020 :

Ces liens qui nous unissent

Résonance : une sociologie de la relation au monde, de Hartmut Rosa

“La qualité d’une vie humaine dépend du rapport au monde, pour peu qu’il permette une résonance. Celle-ci accroît notre puissance d’agir et, en retour, notre aptitude à nous laisser « prendre », toucher et transformer par le monde. […] Tout en analysant les tendances à la crise – écologique, démocratique, psychologique – des sociétés contemporaines, cette théorie de la résonance renouvelle de manière magistrale le cadre d’une théorie critique de la société.”

Le règne du vivant, d’Alice Ferney

“Aiguillonné par la curiosité, et très vite porté par l’admiration, un journaliste norvégien s’embarque sur l’Arrowhead avec une poignée de militants s’opposant activement à la pêche illégale en zone protégée. […] Alors que l’homme étend sur les océans son emprise prédatrice, Le Règne du vivant questionne le devenir de “cette Terre que nous empruntons à nos enfants” et rend hommage à la dissidence nécessaire, face au cynisme organisé.”

Le mythe national, de Suzanne Citron

“L’identité nationale fait l’objet de vives controverses. Sur quelle vision de l’histoire doit-elle reposer? Celle d’une France gauloise, continuée par les rois, accomplie définitivement avec la République ? Ou celle d’une France métissée, faite de diversités culturelles et ethniques, ouverte sur l’avenir ? Pour repenser l’histoire de France, il faut d’abord décortiquer, à travers les anciens manuels scolaires, le schéma du ” roman national ” de la Troisième République.”

Le meurtre du Commandeur – Livre I, de Haruki Murakami

“Un jour, le narrateur reçoit une proposition alléchante : faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation.
Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d’une grande violence, le meurtre d’un vieillard, comme tirée du Don Giovanni de Mozart. […] Et des choses étranges se produisent, comme si un autre monde s’était entrouvert.”

Le réseau secret de la nature, de Peter Wohlleben

“Saviez-vous que les arbres contribuent à la formation des nuages ? Que les loups peuvent modifier le cours des rivières ? Que le sort du sanglier dépend du ver de terre ?
Dans la nature, tout est lié – comme les rouages d’une grande horloge. Aussi la moindre modification a-t-elle des répercussions insoupçonnées. Observateur scrupuleux et conteur passionné, Peter Wohlleben nous dévoile ces liens subtils qui unissent animaux et plantes, forêts et rivières, montagnes et climat…”

Jusqu’à ce que les pierres deviennent plus légères que l’eau, d’António Lobo Antunes

“Un jeune sous-lieutenant, après avoir servi en Angola pendant vingt-sept mois, rentre au pays où il ramène un tout jeune orphelin. Cet enfant noir, qui a survécu à la destruction de son village et au massacre des siens par l’armée portugaise, il va l’élever comme son propre fils. Plus de quarante ans plus tard, le vétéran et sa femme ont fait le trajet depuis Lisbonne pour rejoindre la vieille maison de famille, dans un village reculé et quasi abandonné, quelque part au pied des montagnes.”

Au cœur des réseaux, de Fabien Tarrissan

“Les réseaux : omniprésents dans notre vie, réelle comme virtuelle, ils jouent un rôle central pour décrypter les enjeux du monde contemporain, et ce particulièrement dans le contexte du Big Data. Entre la propagation de fake news, l’enregistrement toujours plus grand de nos traces sur le Web, leur exploitation pour déterminer nos goûts, nos habitudes et prédire notre comportement futur… il y a de quoi faire ! Et pourtant, de notre utilisation des réseaux à leur compréhension, il y a un gouffre.”

Fables – Intégrale Volume 1, de Bill Willingham

“Plus inspiré d’Andersen et des frères Grimm que de Walt Disney, Bill Willingham a imaginé avec Fables une saga qui tint ses lecteurs en haleine durant plus de dix ans, mêlant batailles épiques, destins tragiques et relations intimes en une fresque digne des plus grands classiques de la bande dessinée internationale. Découvrez le quotidien de Blanche-Neige, du Grand Méchant Loup, des Trois Petits Cochons, de Pinocchio et de toutes les autres créatures fabuleuses nées du folklore mondial, désormais contraintes de vivre ensemble…”

Les éditocrates, de Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle et Mathias Reymond

“Ils ne sont experts en rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à longueur de journée, ils livrent à l’auditeur-lecteur-téléspectateur-citoyen leurs commentaires creux ou délirants sur le monde comme il va et comme il devrait aller. Sentencieux, ils racontent (à peu près) tous la même chose et dans (presque) tous les domaines, que ce soit sur la vie politique, la crise économique, les problèmes de société, les questions internationales, etc.
Pontifiants, ils répètent à tout bout de champ qu’ils sont “politiquement incorrects” – alors qu’ils sont les plus illustres représentants du conformisme intellectuel. A travers dix portraits drôles et corrosifs, ce livre dévoile l’imposture de ces professionnels de la pensée-minute.”

Père & fils – tome 1, de Mi Tagawa

“Torakichi, apothicaire ambulant, passe la majeure partie de son temps sur les routes pour rendre visite à ses clients. Résultat, il n’a quasiment jamais vu son fils de trois ans, Shiro… À la mort de sa femme, il prend une décision qui changera sa vie : celle d’emmener le petit garçon avec lui sur les routes !
Mais si Torakichi est incollable sur les plantes médicinales, il n’y connaît rien aux enfants et est loin d’être un père modèle… Pourquoi Shiro pleure-t-il ? Pourquoi se réveille-t-il en pleine nuit ? Entre les soucis du quotidien et son travail éreintant, le jeune papa est complètement dépassé. Les aléas du voyage et les rencontres diverses l’aideront-ils à renouer le lien perdu avec son fils ?”