“106. Les personnes privées de liberté doivent se voir proposer un éventail d’activités thérapeutiques, éducatives, récréatives, sportives, artistiques et culturelles dont le nombre et la diversité doivent croitre avec la durée de la mesure d’enfermement. Ces activités doivent être adaptées à des profils variés selon les capacités physiques, l’état de santé, les intérêts, la culture et la langue parlée. Toute personne qui le souhaite doit pouvoir en profiter.”

Lire en intégralité

Le site du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté

voir aussi : Les droits fondamentaux à l’épreuve de la surpopulation carcérale